Mardi matin à 10h, pré-rentrée des petites sections de maternelle avec les parents. On y est allé beaux comme des camions tous les 3, histoire de faire de ça un jour de fête... mouais...

D'autant plus que j'étais la seule maman "bancale" c'est-à-dire à béquille.... histoire de faire remarquer mon petit ouistiti... je n'ai pas osé mettre un de mes sarouels pour l'occasion, j'avais bien trop peur de me prendre la béquille dans l'entrejambe du sarouel et de finir comme une tortue dans le bac à sable...

Tout allait très bien jusqu'au moment où on nous a dit "les parents, vous pouvez partir. revenez à 11h20 !". gloups... Un regard échangé avec Papanours (aussi angoissé que moi sur le coup) puis vers Bébénours qui a commencé la sérénade "maman vient !!!!" et a pleuré à chaudes larmes. Je lui ai expliqué que c'était comme dans son livre qu'on lit tous les soirs depuis 3 mois, la maman dépose l'enfant à l'école, va travailler et revient le chercher ensuite. Ben, sur le coup, il n'en avait rien cure du bouquin...

Bref, je suis partie en 1er, papanours a décidé de gérer seul la séparation... Merci chérinours !!
Je suis sortie de l'école, passé le portail, une seule envie : pleurer et retourner sortir la chair de ma chair de sa geôle où je l'avais interné pour 3/4 d'heure... mère misérable que je suis !

Papanours me rejoint au bout de qq minutes... Ben il n'en menait pas large non plus. Nous sommes rentrés à la maison (on habite le bâtiment à côté). Papanours a appelé des clients et fumé cigarette sur cigarette et moi je me suis allongée sur le lit de ma progéniture en serrant son coussin sur mon coeur. Au bout de 5mn que je cherchais un réconfort olfactif dans ses draps, je me suis reprise : mère indigne, misérable et pour finir ridicule et puérile.... Encore un peu et je me moquais de moi-même.

11h20 pétante : nous étions devant l'école puis la salle de classe. La porte s'ouvre et 21 chérubins aux yeux rougis pour la plupart se ruent dans les couloirs en hurlant : "maman" ou "papa" (au choix). Le mien était dans les derniers en pleine crise de hoquet et de larmes, trempé jusqu'à l'arête de larmes et de sueur, se jette dans mes bras (tant mieux il n'est pas rancunier !!) en pleurant. Son père prend le relais de peur que je m'écroule avec ma béquille et demande à son rejeton : "comment ça s'est passé?". Réponse entre 2 hoquets : "c'est bien l'école"....

Nous nous regardés et nous ne savions pas trop si nous devions être soulagés par la réponse ou traumatisés par l'état physique de notre petit crapaud aux yeux rougis....

En attendant, cet après-midi post traumatique se passe bien. Juste une sieste plus courte que d'habitude...

L'institutrice a l'air très sympatique, elle est assistée de 2 ATSEM pour 21 enfants. Elle est tout à fait d'accord que de mettre Bébénours le matin seulement suffit pour le moment et que la transition maison-école va se faire un douceur.... Nous verrons bien...

Dur le coup je me suis demandée si j'étais la seule à avoir mis au monde le seul petit "singe hurleur" de l'école....